Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2009

Hirondelle et prix Opus

gRondine.jpgIl y a deux semaines, j’ai bien aimé l'opéra La Rondine (il faut prononcer ronn-diné, car c'est un mot italien, qui signifie hirondelle) de Puccini, avec Roberto Alagna et Angela Gheorghiu. Cette dernière a plutôt bien chanté même si le directeur du Met est monté sur scène avant la représentation pour annoncer au public que la soprano roumaine souffrait d’un refroidissement. Le ténor en revanche (que j'avais fort apprécié dans Roméo et Juliette l'an dernier), n’était pas à son meilleur: décrochages, passages criés plutôt que chantés... Peut-être une mauvaise journée...
Légers et pétillants, les deux premiers actes évoquent l'opérette: c'est le coup de foudre entre Magda et Ruggero dans un univers feutré de richesse et d’insouciance, soit la belle maison où Magda vit grâce à la générosité de son amant, et ensuite le bal Chez Bullier, un chic établissement parisien.
Au troisième acte, c’est le drame: le couple est installé dans une maison de campagne à Nice, il veut l’épouser, mais elle ne s’en sent pas digne à cause de son passé de courtisane (entendre par là qu’elle n’est pas vierge), et elle décide de retourner à Paris ou l'attend son ancien et riche amant.
Elle choisit donc l’argent sans amour plutôt que l’amour sans argent.


Un prix bien mérité
Le baryton d’origine saguenéenne Jean-François Lapointe a mérité dimanche le prix Opus de la catégorie “concert de l’année-Montréal” (il était aussi en nomination dans une autre catégorie), pour le magnifique récital qu’il a donné à la Grande bibliothèque le 15 juin dernier, avec la pianiste Louise-Andrée Baril.
Puisque j’étais présente à ce concert, voir ici, je puis dire que ce prix est largement mérité et je suis très heureuse qu’on le lui ait décerné. Les prix Opus sont attribués par le Conseil québécois de la musique.
L’artiste est actuellement à Toulon où il jouera le rôle de Zurga, dans les Pêcheurs de perles, de Georges Bizet, à compter du 30 janvier. Vous pouvez le voir en action sur Youtube ici, dans l’impressionnante scène de la mort de Valentin (du Faust de Gounod), rôle qu'il a joué aux chorégies d’Orange (théâtre antique en plein air) l’été dernier. Le ténor Roberto Alagna incarnait Faust, et la contralto Marie-Nicole Lemieux, également native de notre région, y tenait le rôle de Dame Marthe.

Commentaires

Świetnie zgłębiony temat, a sam post daje dużo do myślenia. Czekam na jakieś nowości na blogu!

Écrit par : ubezpieczenia grupowe pracownicze | 26/09/2013

Les commentaires sont fermés.