Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2012

Ce bon vieux Pikachu

En faisant le ménage de mes vieux magazines, j'ai retrouvé quelques numéros de Nintendo Power et Electronig Gaming Monthly qui m'ont rappelé bien des souvenirs. (En cherchant sur la Toile, j'ai d'ailleurs appris que Nintendo Power sera publié pour la dernière fois en décembre prochain. Quant à EGM, je crois qu'il ne paraît plus en version papier depuis quelque temps déjà).

jeux vidéo, Pokémons, Pikachu, chroniques
À une époque de ma vie, comme je l'ai peut-être déjà écrit sur ce blogue, j'ai consacré beaucoup de temps aux jeux vidéo. Non seulement je jouais, mais je tenais aussi une chronique hebdomadaire sur le sujet dans Progrès-Dimanche. Même que Nintendo, Sony, Sega et quelques autres éditeurs m'envoyaient des jeux et des consoles pour que j'en fasse l'essai et le compte rendu.

Je suis devenue très populaire auprès des amis de mon fils, alors adolescent (qui, après plusieurs années passées à jouer intensivement, se désintéressait un peu des jeux vidéo): c'était peut-être l'une des seules pages (avec celles des sports) qu'ils lisaient dans le PD.

jeux vidéo, Pokémons, Pikachu, chroniques


Si je me souviens bien, cela a duré une dizaine d'années, de 1988 à 2000 environ. J'ai essayé et critiqué d'innombrables jeux, surtout pour les consoles Nintendo,  mais aussi pour la Playstation de Sony et même pour l'ordinateur (Macintosh).
Et j'ai eu ma période Pokémon. Le jeu se jouait sur Game Boy: on devait collectionner tojeux vidéo,pokémons,pikachu,chroniquesus les Pokémon, personnages dotés de différents pouvoirs qui portaient des noms charmants comme Bulbasaur, Psyduck, Spearow, Zapdos. Et surtout  Pikachu, le plus célèbre, l'archétype du Pokémon. Au début, il y avait 151 Pokémon, il s'en est ajouté au fil du temps et des nouvelles éditions du jeu, il y en a plus de 600 aujourd'hui.

jeux vidéo, Pokémons, Pikachu, chroniques
J'ai travaillé beaucoup pour réussir les cinq premiers jeux: rouge, bleu, jaune, argent, or. J'ai fait des listes (comme celle ci-contre), consulté d'innombrables articles et tutoriels. Ce fut l'apogée de ma carrière de joueuse: ensuite, j'ai progressivement abandonné les jeux vidéo pour me tourner vers l'ordinateur et la programmation.
J'y ai été un peu poussée par l'arrivée de la 3D, sur la Nintendo 64 par exemple: c'était tellement déstabilisant pour moi, habituée à jouer en deux dimensions, que je n'ai jamais pu y être vraiment à l'aise. Je me sentais perdue, sans repères et sans balises.

Quand je vois des images des jeux populaires aujourd'hui, comme Assassin's Creed, je sens que je serais parfaitement nulle là-dedans.

Les commentaires sont fermés.