Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2010

Vies éphémères

grandMormon.jpg

Il y a déjà presque deux mois, je suis allée, avec mon amie Andrée, voir les Papillons en liberté au Jardin botanique de Montréal. Cela veut dire que, sauf pour quelques espèces comme les monarques, les papillons que j'ai vus alors sont aujourd'hui morts et remplacés par d'autres qui sont sortis de leur cocon depuis. C'est le cycle de la vie, et celle des papillons est particulièrement brève: en moyenne un mois, mais seulement 24 heures pour certaines espèces.

J'adore en général visiter les serres du Jardin botanique quand le froid souffle dehors, j'en ai déjà parlé à quelques reprises sur ce blogue, notamment ici, et j'ai placé un un album photo dans la colonne de droite.

Visiter ces papillons (qui sont là jusqu'au 25 avril) est une expérience tout à fait extraordinaire. D'habitude j'y vais seule, cette fois j'étais avec une amie, on a pu échanger nos impressions, c'était merveilleux.

J'ai pris quelques vidéos avec mon appareil photo, elles ne sont pas terribles, je vous dirige donc vers celle du jardin botanique, elle est vraiment meilleure.

La photo du haut (empruntée au site Web du Jardin botanique) montre un grand mormon (papilio memnon) le plus grand des papillons présentés là. Il possède une vision en couleurs très spécialisée et un vol de grande précision.

Et voici un morpho bleu:

morphoBleu.jpg

Et la question que tout le monde se pose:

QUE FAIT-ON AVEC LES PAPILLONS À LA FIN DE L’ÉVÉNEMENT?

Voici la réponse, trouvée sur le site:

"Plusieurs papillons ayant terminé leur vie au cours de l’événement sont récupérés pour les besoins éducatifs de l’Insectarium. Les papillons vivants sont pris un à un, puis expédiés vers d’autres volières en activité. Cette année, les papillons seront acheminés au Jardin botanique du Nouveau Brunswick. Ils feront ce voyage dans des petites enveloppes à papillon nommées «papillotes» afin de ne pas perdre leur énergie et ne pas endommager leurs ailes. Les œufs et les chenilles seront quant à eux envoyés en Ontario, à Niagara ou à d’autres éleveurs."

 

Commentaires

Pour brouiller les cartes et changer de mon prénom habituel, j'ai utilisé le surnom de mon enfance et adolescence! ahahah. Ton papier sur ailes de papillons est vraiment intéressant et informatif. Ainsi, ces papillotes pour voyager m'ont ravie. On devrait en avoir des pareilles pour protéger nos ailes (bien qu'invisibles) lorsqu'on voyage en bus!
Et ton billet précédent aussi, sur ton chouchou au golf, démontre bien la diversité de tes intérêts. Et bien d'autres aussi. Mais restons-en aux deux derniers, que je viens de déguster avant de mettre les lumières en congé pour la nuit. Peut-être verrai-je des papillons dans mes rêves. J'aimerais bien.

Écrit par : Dédé | 16/04/2010

Les commentaires sont fermés.