Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2009

Revoir Starmania

rockfort.jpgLes Opéras de Québec et de Montréal ont remonté Starmania, l’opéra rock de Luc Plamondon et Michel Berger, pour orchestre symphonique et chanteurs d’opéra.
J’avais vu la première version lyrique, sans mise en scène mais avec la même distribution (ou presque), en 2004 à Montréal. Outre celle-là, j’ai vu, depuis sa création il y a 30 ans, au moins trois versions différentes de la comédie musicale-opéra rock (entre autres avec Claude Dubois, Louise Forestier, Diane Dufresne, Fabienne Thibeault) y compris une production de Logistik 22 (à Saint-Ambroise je crois), qui allait plus tard créer le spectacle Québec Issime.
Et j’ai donc assisté récemment à Montréal (salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts) à ce Starmania opéra (dernière représentation aujourd'hui, samedi 28 mars).

J’ai beaucoup aimé, avec des réserves.

Les points forts

  • L’orchestration extraordinaire de Simon Leclerc, d’ailleurs au pupitre de l’Orchestre métropolitain du Grand Montréal. Il a redonné vie à cette musique, qui semble pouvoir s’enrichir sans fin.
  • Le resserrement de l’action et l’actualisation du propos, qui cadre encore mieux avec notre époque, sur fond de guerre, de marginalité, d’ambition démesurée. Zéro Janvier brigue la présidence de l’Occident en préconisant la dictature et l’instauration d’un État policier, entraînant la révolte dans certaines couches de la population.
  • La mise en scène et les décors, du duo Victor Pilon et Michel Lemieux. Recours intensif au multimédia et au virtuel pour ces projections qui dessinent tours et gratte-ciel, sur lesquels se superpose à l’occasion le visage géant  du lecteur de nouvelles Roger Roger (James Hyndman: malheureusement, personne ne lui a dit qu’il fallait placer l’accent tonique à la fin et non au début des mots).
  • Le rythme fluide, les citations musicales et les atmosphères qui empruntent à Gershwin, Bernstein (celui de West Side Story), Puccini et Mozart.

Les chanteurs
Excellente: Lyne Fortin on la voit ici dans Les adieux d'un sex symbol, fabuleuse Stella Spotlight, diva sur le déclin, extravagante et touchante. Le show lève vraiment  quand elle fait son Hervieux.jpgentrée, après l’entracte. Et son duo-duel  Ego Trip avec Marc Hervieux (photo de droite), où chacun fait assaut de talents opératiques, est un morceau d’anthologie.
Très bon: Étienne Dupuis en Johnny Rockfort (photo du haut), surtout son dernier air, S.O.S. d'un terrien en détresse, avec ces remarquables passages en voix de tête: vraiment très bien.
Plutôt bon: Pascal Charbonneau, en Ziggy (ci-dessous avec Marie-Josée Lord), j’ai aimé, sauf son premier numéro avec les choristes (et/ou danseurs), complètement raté à mon avis.
Corrects: Marc Hervieux: je l’ai assez aimé, mais pas tant que ça.
Raphaëlle Paquette: très correcte en Cristal, sans éclat particulier toutefois.
Un peu moins: Krista de Sylva, en Sadia: jeu caricatural et musicalement, ce n’est pas convaincant.
Inclassable: Marie-Josée Lord (ici elle chante Stone, le monde est stone), qui incarne Marie-Jeanne, la serveuse automate: pourtant, elle a tout à fait le physique pour le rôle, elle maîtrise sa technique, mais sa voix - superbe- est presque trop belle, trop classique pour le rôle, en fait je ne sais pas si j’ai aimé sa prestation.

ziggy.jpgDonc, j’ai beaucoup aimé, j’ai pris plaisir à réentendre cette belle musique, sans être convaincue totalement par cette version lyrique.

Et j’ai détesté...

La grande femme qui s’est assise devant moi et m’a caché une bonne partie de la scène avec ses cheveux crêpés en forme de boule. C’est comme si j’avais eu un cercle noir au milieu de mon champ de vision.
Mais elle n’est pas revenue après l’entracte. O joie! O miracle! Je le souhaitais de tout mon coeur, et c’est arrivé.
Je crois que je lui avais jeté un sort. Suis-je une sorcière?

Commentaires

Merci pour cette critique fort intéressante, je souhaite vivement qu' à l' instar de leurs ainés, les artistes de cette troupe viennent ce produire à Paris, j' apprécie beaucoup le blog de Jack, le vôtre aussi est un bijou.

Écrit par : isabelle dunand | 28/03/2009

Podziwiam styl, w jakim tekst zostal napisany, bo rzadko zdarza sie, by trafic na cos takiego na internetowym stronau. Poza tym, notka zawiera wielu waznych informacji, wiec to nie tylko przyjemne w lekturze „lanie wody”, ale cos zdecydowanie bardziej wartosciowego. Dzieki!

Écrit par : ubezpieczenia grupowe | 18/11/2013

Les commentaires sont fermés.