Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2007

Cachez ce chat...

85a7ec3a5a72a4fd997f2888279f886a.jpegUne lettre, intitulée Seule une chatte est une chatte, publiée dans la section Forum de La Presse du 31 août. L'auteure, Sylvie Bourassa de Saint-Constant, s'en prend aux publicités télévisées de la nourriture pour chats Whiskas: elles présentent un homme imitant les attitudes d'un chat pour convaincre sa maîtresse de lui servir cette nourriture supposément délicieuse.
L'auteure de la lettre affirme que si, au lieu d'un homme, on avait mis en scène une femme, imitant donc les attitudes d'une chatte pour obtenir les faveurs de son maître, les gens seraient "indignés et scandalisés par une mise en scène aussi dégradante".
Dégradante, vraiment? Voilà un jugement moral bien radical! Depuis quand est-il dégradant, pour l'homme ou pour la femme, d'imiter les attitudes des bêtes? S'il est dégradant de se vautrer dans la boue, ce n'est pas parce que les porcs le font, c'est parce que c'est une conduite réprouvée par la société, comme de se fouiller dans le nez en public.
Si on se montre agile comme un singe, rusé comme un renard, fidèle comme un chien, est-ce dégradant? Et ratoureux, manipulateur, hypocrite comme un chat?
Il aurait mieux valu à mon avis s'interroger sur le fond des choses et se demander pourquoi ces publicités suscitent-elles une réaction de rejet. Plusieurs personnes de mon entourage m'ont en effet signifié leur malaise devant ces messages. N'en déplaise à Madame Bourassa, je ne crois pas qu'elles les trouvent dégradants.
Je formule quelques hypothèses. La plus simple : ces publicités télévisées ne sont pas très réussies. Si l'intention de départ (imiter le chat) peut être une bonne idée, la réalisation est imparfaite, approximative. Un chat pourrait se sentir insulté en les voyant car l'imitation que l'on fait de lui est simpliste et manque de subtilité.
Un peu plus complexe: ce que ces messages nous présentent, c'est un couple où le mâle (l'homme-chat) est soumis et dépendant, alors que la femelle (la femme-maîtresse-propriétaire) règne sur la maison, décide de ses achats, décide ou non de satisfaire les caprices du mari-matou. Les rôles traditionnels sont donc inversés, une technique assez courante en humour. Cela devrait nous amuser, et pourtant, plusieurs personnes ne trouvent pas ça drôle du tout.
Allons un peu plus loin : sous-jacent aux images, il y a le message que le chat, sous des apparences de soumission et de docilité, utilise son pouvoir de séduction pour diriger non seulement sa partenaire, mais tout ce qui se passe dans la maison. Une relation trouble, en quelque sorte, pleine de sous-entendus, et qui peut-être nous met en face de nos propres préjugés.

Commentaires

Dziekuje za zamieszczenie notki; jest, przynajmniej ja tak uwazam, bardzo przydatna i fajnie napisana. Czekam na wiecej, bo mam zamiar stac sie stalym bywalcem tego bloga.

Écrit par : ubezpieczenia grupowe | 26/09/2013

Les commentaires sont fermés.